Grognements liminaires

L'engouement pour JavaScript que je ressens sur le Net se confirme sur le terrain. Il y avait je crois 118 inscrits et 76 présents. Beaucoup de jeunes, mais une moitié de l'assistance semblait avoir plus de 30 ans, je ne me suis donc pas senti trop perdu ;) Par contre, et même si c'est hélas une constante de ce genre d'évènement geek, je n'ai dénombré qu'une seule femme dans l'assistance. Bien des efforts restent à faire pour en finir avec la répartition genrée des tâches, et j'ai malheureusement l'impression que malgré pas mal d'effort, dans notre domaine la situation n'évolue pas.

Autre petit point d'agacement, la mode de l'anglais. Je ne nie pas que l'anglais soit la lingua franca actuelle dans le monde des nouvelles technologies. Mais était-ce utile que pour un évènement se déroulant à Paris, accueillant très majoritairement des francophones, le site de présentation ne soit disponible qu'en anglais, de même que quasiment tous les transparents des présentations (oui je sais, c'est pour permettre de les partager ensuite avec un maximum de gens sur le Net) ? JavaScript n'est pas un langage des plus simples à maîtriser, et je trouve dommageable tout ce qui contribue à rendre son apprentissage plus ardu. Je suis persuadé qu'une des raisons du succès populaire de PHP tient à sa documentation très tôt traduite en français et à l'existence de nombreuses ressources en français. JavaScript gagnerait sans doute en popularité, perdrait son côté élitiste, si on abaissait la barrière de la langue.

Dernier petit regret, la plupart des présentations ayant débordé, la soirée s'est achevée à 23h30, ce qui est AMHA un peu tard pour ceux qui habitent loin. Il faudrait peut-être pour les prochaines fois prévoir un programme moins riche, ou mieux respecter les horaires, pour permettre davantage d'échanges après les présentations.

Tourisme

L'évènement était hébergé par Valtech, dans ses locaux de la Rue de Grenelle. En arrivant sur place, j'ai failli rebrousser chemin, croyant à un canular. En plein quartier des ministères, il n'était pas évident de deviner que l'immeuble mitoyen à l'ex ministère de la Pureté de la Race Beaufine était désormais occupé par un centre d'affaires. Les bâtiments, d'ailleurs occupés jusqu'en 1960 par le ministère des postes et télégraphes, comprennent la jolie Tour du Télégraphe construite en 1841 et qui fut longtemps le centre des télécommunications françaises. A voir si vous vous aventurez dans le quartier.

Les présentations

La liste de toutes les présentations est disponible, si les orateurs pouvaient y rajouter des liens vers leurs supports, cela serait tout à fait sympathique.

Wakanda

La soirée a commencé par une présentation de Wakanda , une plateforme conçue pour développer des applications métier entièrement en JavaScript. Une présentation impressionnante à plus d'un titre. D'abord par la personnalité de l'éditeur: 4D. Les vieux macophiles se souviennent de cette première base de données pour Mac, dotée d'un L4G. Du lourd et du propriétaire. Une équipe a pourtant fait le choix il y a trois ans de créer un nouveau logiciel de développement d'applications métier entièrement en JavaScript et de la proposer sous une licence libre (les sources de la plupart des composants devraient être libérées dans les jours à venir) Wakanda est une suite complète, avec un IDE (développé en JS et C), un serveur, des bibliothèques pour simplifier le lien entre les composants d'affichage sur le client et les bases de données, etc. Je ne suis pas du tout fan de ce genre de cliquodrômes, mais je sais qu'ils sont très utilisés dans de nombreuses entreprises. JavaScript va ici venir marcher sur les plate-bandes d'outils traditionnellement développé en Java ou C#, et c'est une bonne nouvelle pour la crédibilité du langage. Mention spéciale au numéro des duettistes @ThibArg et @amorgaut. Ajout à 15h12: les transparents sont sur disponibles|http://www.slideshare.net/alexandre_morgaut/paris-js-meetup-8-june-2011]++

Joshfire Framework

Une des raisons de ma venue à cette soirée était le ramdam autour de la présentation par @sylvinus du cadriciel Joshfire. Joshfire part du constat qu'on assiste à une fragmentation croissante des terminaux d'accès au Web et a choisi de créer une version HTML5 du fameux Write Once, Run Everywhere , soit une bibliothèque permettant de créer des applications Web capables de s'exécuter sur un maximum de périphériques: brouteurs classiques, téléphones portables, télés connectées, etc. Leur bibliothèque est donc un nœud permettant de faire dialoguer une application, quel que soit le langage dans lequel elle est écrite, et un terminal. Une application Joshfire n'a besoin que de trois choses: une arborescence de données, une arborescence d'éléments d'interface, et les liens entre les deux. Elle se charge ensuite, au moyen de nombreux connecteurs, de générer le code pour gérer l'interaction entre les périphériques et les applications. La bibliothèque se concentre pour l'instant sur les applications de gestion de contenus. Et elle est évidemment libre, ce qui devrait entre autre permettre de voir rapidement arriver de nouveaux connecteurs. La suite se passe sur Github.

Je suis persuadé depuis des années que les applications natives comme celles développées pour iPhone ou Android sont des impasses, que l'avenir est au Web. Si Joshfire tient ses promesses, je crois qu'on aura fait un grand pas en avant dans cette direction. En tout cas, la prochaine fois qu'on me parlera d'une version mobile d'un site sur lequel je travaille, c'est une solution que j'évaluerai.

Voyage en Javascriptie

Le camarade @molokoloco nous a ensuite livré une tranche de vie, le récit de ses aventures avec JavaScript, depuis les premières rencontres qui ne donnaient pas trop envie à la fin des années 90. Une présentation qui rappelait que même si c'était très crades, on savait déjà faire plein de trucs sur le Web il y a 10 ans. Une présentation rafraichissante d'un passionné qui passait un peu pour un Huron avec son Dreamwaver sous Seven, au milieu des maqueux et des ubuntistes. Un peu d'humain dans cette soirée plutôt technique. A voir sur son site, B2BWeb.

Jison

Autre séance un peu nostalgique avec la présentation de @jie sur "compiler JavaScript en JavaScript". On voit apparaître de plus en plus de méta-langages basés sur JS. Que ce soit par exemple pour implémenter de nouvelles fonctionnalités prévues dans les prochaines versions, mais qui ne débarqueront pas de sitôt dans les navigateurs ou pour rapprocher la syntaxe de JS de celle d'autres langages plus connus. Un des plus en vogue en ce moment est Coffeescript. Jie a expliqué comment créer son propre langage compilable en JavaScript en utilisant Jison. Jison est une version écrite en JS des vénérables analyseurs syntaxique Bison et lexical Flex, eux-même versions libres respectivement de Yacc et Lex. On a donc évoqué Lex et Yacc, ce qui m'a rappelé de doux souvenirs de cours sur les langages. Jison permet de convertir en javaScript tout texte écrit dans un langage dont on lui aura fourni la grammaire. Et la notion de texte est vaste. Cela peut bien sûr être un langage informatique, mais aussi quoi d'autre pour lequel existe une grammaire. L'exemple en ligne permet par exemple de traduire des formules mathématique en leur équivalent en JS.

Plein d'éclairs (sans tonnerre ni vanille)

Après ces quatre copieuses présentations et une pause bière et pizza (accueil parfait, merci @Valtech), la soirée s'est achevée sur des causeries éclair:

  • @adrienjoly a rapidement introduit les problèmes posés par les systèmes asynchrones comme node.js lorsqu'il s'agit d'accéder à des bases de données, en prenant l'exemple de MongoDB. Des questions auxquelles je suis confronté puisque je joue justement avec ça ces jours-ci.
  • @hexapode a fait l'article de la DemoJS co-organisée ce ouikende a Paris par Mozilla en présentant un petit synthétiseur en JavaScript et moins d'1Ko;
  • @shinuza a introduit l'utilisation du patron de conception observateur en JS, afin d'essayer de découpler au maximum les composants utilisés dans un code;
  • @revolunet a présenté les bibliothèques développées par Sencha: ExtJS, Ext.Core et la déclinaison mobile Sensa Touch. Tout ce qu'il faut en savoir est dans ses slides;
  • enfin, @tbassetto a conclu avec un tour d'horizon de quelques projets des Mozilla Labs;

Merci et à la prochaine !

Au final, je ne regrette pas d'avoir fait le voyage jusqu'aux terres particulièrement inhospitalières du VII°. Enfin si, je le regrette, car la liste des trucs qu'il faudrait que je regarde, un jour, si j'ai le temps, s'est bien allongée. Je suis content d'avoir découvert nombre de nouveaux projets, d'avoir croisé IRL quelques gazouilleurs (que je n'ai pas poussé la folie jusqu'à aborder, faut pas pousser non plus) et eu confirmation de la vitalité de l'éco-système JavaScript. Merci aux organisateurs, on remet ça quand vous voulez. JavaScript rulez !