Citation de Jeremy Rifkin, lue (oui c'est les sous-titre et non l'original, c'est pas comme si je comprenais l'anglais) dans un documentaire sur Paul Virilio diffusé sur Arte le 20 janvier et disponible quelques jours sur l'indispensable Arte +7 (les allergiques à flash trouveront dans le source de la page les url directes des flux, visualisables via mplayer ou VLC). On constate à propos de l'éducation que dans les sociétés où il y a une forte stimulation des médias et une révolution des technologies de communication, les enfants ont une capacité d'attention plus limitée et une perte de vocabulaire très rapide. On a observé chez les étudiants américains que la compréhension de la lecture et de l'écriture avait baissé de 30% ces dernières années. Car lorsqu'on augmente la vitesse, on augmente l'impatience. On a une génération qui grandit avec toutes ces stimulations issues des révolutions de la télévision, d'internet, etc. Et il y a une telle quantité d'informations, une telle stimulation venant de tous côtés que les gens sont moins concentrés. Leur attention est détournée à tout instant. Donc cette génération essaye d'être multitâche, mais le cerveau n'est pas conçu pour ça, il est linéaire. On peut réfléchir en parallèle, mais quand on prend un problème on le résout avant de passer au suivant. Mais la génération actuelle, qui grandit dans l'hypervitesse de cette révolution de la communication est moins concentrée, moins attentive. moins introspective, moins projective, toutes les qualités nécessaires pour affronter ce monde complexe auquel cette révolution a donné naissance.

C'est tellement vrai que j'ai plus plus de 3h à regarder ce documentaire qui en fait moitié moins. Mais en même temps j'ai chatté, lu et envoyé des mails, vérifié mes feeds RSS, fait des recherches sur wikipédia en rapport avec les images... Je crois que je suis bien un de ces enfants décrits par Rifkin, avide de tout voir, tout connaître, qui piaffent devant un documentaire de plus d'une heure ou un article de plusieurs pages, parce que d'autres informations les attendent après.

Mais comme sur l'autoroute, il faut parfois s'arrêter sur une aire pour marcher un peu dans l'herbe, sous peine, hypnotisé par le défilement toujours plus rapide de la bande blanche, de finir par se prendre un arbre.

Vous l'aurez peut-être constaté, ce blog vient de connaître une éclipse (hi hi), à l'image de son auteur, qui s'est donc arrêté quelques semaines au bord de la route pour faire pipi contre un arbre. A force de suivre quasiment heure par heure les nouveautés dans Firefox 3.1, dans les normes en cours d'élaboration (HTML 5, CSS3, etc), de m'abreuver chez Ajaxian, d'être accroché à la moindre parole de John Resig, d'avoir planté dans le bras un goutte à goutte alimenté de dizaines de feeds RSS, à force d'avoir la tête dans tout ce que la techno permettra demain mais les mains enchaînées toute la journée à des projets sans intérêt avec pour principale contrainte la compatibilité avec des technos moisies, bref à force de faire le grand écart entre avant-hier et demain, je me suis pris à douter un peu plus sérieusement que d'habitude. D'où un break (moins long heureusement que celui de ce blog) le temps de ne strictement rien faire, ce qui ne m'était pas arrivé depuis de trop nombreuses années. Break qui s'achève, j'ai des fourmis dans les doigts, je découvre avec délice toutes les nouvelles qui se sont sagement accumulées dans mes dossiers ces dernières semaines, et accessoirement je me met à la recherche d'un nouveau job, parce que je n'ai pas encore trouvé de FAI et d'hébergeur gratuits, donc quitte à passer mes journées à m'éclater devant un clavier, autant que ça serve aussi à financer la bouffe du chat ;) Bref, si vous entendez parler d'un boulot pour geek sur Paname, en contrat ou free (pourquoi pas), n'hésitez pas à faire signe. Les notes qui traînent ici devraient donner une idée de mes centres d'intérêt, voire compétences. Petite précision, je ne parle pas anglais.

Si professionnellement 2008 n'a pas été à la hauteur de mes attentes, j'ai par contre été comblé en ce qui concerne ma passion pour la vie des électrons: outre une passionnante plongée en eaux profondes dans les secrets de Firefox (je ne désespère pas de reprendre un jour le développement de Couac ou de l'extension à laquelle j'avais commencé à réfléchir après le MAOW) j'ai découvert deux nouvelles galaxies, promesses de nombreuses nuits de bonheur: Django et Adobe !

Comme je commençais à avoir l'impression d'avoir un peu fait le tour de PHP, et que PHP 6 me semble assez décevant [1], j'ai eu envie d'aller voir ce qui se faisait ailleurs. J'ai un peu hésité entre Rails et Django. Finalement, comme Django et Python est recommandé par des gens très bien (David ou NicoS par exemple) et que je regardais pas mal du côté de Comet, je l'ai testé, et ai été assez épaté par sa simplicité et sa puissance. Je suis fan de Symfony, mais il est assez complexe, et sa courbe d'apprentissage est rude. Django m'est apparu bien plus simple. Sans connaître Python, j'ai pu en quelques heures seulement commencer à jouer avec le framework, réaliser une première application, la faire évoluer assez rapidement... Je ne sais pas si je vais pouvoir pousser plus loin, car il faudrait que je me mette sérieusement à Python, et ça va dépendre du temps que me laissera mon prochain boulot (Python et Django ne sont malheureusement pas très utilisés dans nos contrées). Mais si l'occasion se présente, c'est probablement Django que je choisirai pour mes prochaines applis côté serveur.

Seconde découverte, Adobe. J'avais déjà eu à tâter il y a quelques mois à Flex, pour réaliser un prototype, et y étais entré sans trop de difficultés, du fait de sa grande proximité avec la plate-forme XUL (un langage de balise pour décrire l'interface, une sorte de JavaScript pour animer, le tout s'exécutant au dessus d'une machine virtuelle). Comme ces derniers mois j'ai travaillé avec des développeuses Flash, je me suis penché d'un peu plus près sur cet écosystème. Si je reste toujours aussi dubitatif sur l'usage de Flash, d'un point de vue purement technique je dois reconnaître que la plate-forme devient de plus en plus intéressante pour les développeurs. AS3 d'abord, est un JavaScript++ (qui aurait pu devenir la prochaine norme JavaScript si Microsoft, que tous leurs PC se transforment en bacs à fleurs, ne s'y était opposé), Flex et AIR sont plein de promesses: interfaces riches, déploiement local d'applis web, multiples protocoles de communication avec les serveurs, etc, etc[2]. L'éco-système est très vivace, cf par exemple les nombreuses annonces du dernier salon Max; de nouvelles applications apparaissent sans cesse, dont certaines me font vraiment rêver, j'y reviendrai très bientôt. Et surtout, Adobe ouvre et libère de plus en plus de composants, et commence à ne plus snober GNU/Linux[3]. Bien sûr, je ne me fais aucune illusion sur l'entreprise Adobe, si elle s'ouvre de la sorte c'est très probablement pour essayer de résister à silverlight. Mais je pense qu'à terme elle va finir par libérer l'ensemble de la plate-forme Flash, en gardant bien sûr le contrôle sur l'élaboration des spécifications. Bref, même si, sauf opportunité[4], je ne vais sans doute pas beaucoup coder dans cette voie, je pense que je vais continuer dans les mois qui viennent à suivre de très près l'actu Flash et, j'espère, à en rendre compte ici.

Voilà, désolé pour ce trop long billet nombriliste, je vais essayer de recommencer à publier des informations vaguement plus intéressantes très bientôt.

Notes

[1] tant d'années d'attente pour une gestion de namespaces qui ressemble à de la bidouille et pas vraiment d'énormes nouveautés sexy

[2] encore une fois, c'est le pendant de XUL, xulrunner, prism... mais Adobe a d'autres moyens, tant marketing et techniques, pour pousser ses technologies, et je crains qu'elles ne s'imposent au détriment de celles de la MoFo

[3] il devient de plus en plus envisageable de développer en Flash sous GNU/Linux

[4] malheureusement Flex and co sont souvent associés soit à des compétences de designer, soit à une bonne connaissance de Java (la plupart des composant côté serveur sont en Java), donc trouver un boulot qui permette d'approfondir Flex quand on vient du monde PHP n'est pas évident