Quelques éléments de ma réflexion actuelle:

  • Google prouve tous les jours avec le succès de ses applications bureautiques en ligne (en tête desquelles GMail) que HTML est largement suffisant pour créer des interfaces qui offrent une expérience utilisateur équivalente à celle d'applications en "client lourd". Nul besoin de passer par Flash ou Silverlight;
  • après des années d'hésitations, le successeur de HTML 4 sera finalement probablement HTML 5, dont des parties du brouillon de la spécification commencent à être intégrées à Gecko et Webkit. Or le A de WHATWG est l'abréviation d'"application". Une importante partie des évolutions de HTML 5 concernent justement les applications web. Bien sûr, XUL profitera des évolutions de Gecko pour intégrer HTML 5 (la plus flagrante à ce jour est je crois le stockage local), mais en tant que langage de description d'interface web, il offrira de moins en moins de fonctionnalités le plaçant au dessus de HTML;
  • il existe de plus en plus de frameworks clients ou serveurs qui proposent des composants d'interface riches en pur HTML. Je suis pas exemple très impressionné par qooxdoo : allez voir les démos, je trouve qu'elles n'ont rien à envier à une appli réalisée en XUL;
  • le lancement par Google de son propre navigateur était annoncé depuis des années. Google ayant embauché un certain nombre de développeurs de Gecko, j'espérais que ce navigateur serait basé sur Gecko, qui s'imposerait, via sa présence dans 2 des 3 principales plate-forme d'accès au web, comme la principale alternative à IE. C'est finalement Webkit qui a gagné. Les applications XUL resteront donc cantonnées à Firefox. Et quel que soit le bien que je pense de Firefox, c'est toujours embêtant de dépendre d'un seul logiciel, sans alternative;
  • XULRunner était l'occasion de déployer des applications web écrites en XUL comme des applications de bureau classique. Mais aujourd'hui Prism ou G-Chrome permettent de le faire pour n'importe quelle application HTML;
  • les applications web ne font malheureusement pas partie des priorités de la Fondation Mozilla. C'est tout à fait compréhensible, elles ne représentent qu'une petite partie des usages possibles du web, et la fondation a pour but de promouvoir un réseau ouvert et accessible, et non juste un écosystème pour des applications. En ce sens, XULRunner est un peu délaissé en tant que plate-forme[1], et la fondation n'a pas spécialement cherché à diffuser largement ses technologies propres, comme XUL, par exemple en essayent de les faire normaliser;
  • et c'est finalement là ce qui m'embête le plus. XUL n'est pas réellement "ouvert". C'est une technologie contrôlée par Mozilla, qui la fait évoluer en fonction de ses besoins, mais ne cherche même plus à la spécifier. La version 1.0 de la spécification est obsolète depuis longtemps, et si les fonctionnalités qui sont régulièrement ajoutées à XUL sont documentées, je n'ai trouvé aucune trace de leur spécification, juste quelques pages de discussion. XUL ne peut donc pas vraiment être considéré aujourd'hui comme un élément d'un web ouvert.

Tout cela n'enlève rien aux nombreuses qualités de XUL, mais je me demande si c'est encore un choix pertinent aujourd'hui pour créer des applications en ligne.

J'attends avec impatience vos arguments, et j'espère qu'on pourra en discuter de vive voix samedi au MAOW. (car je n'ai pas du tout l'intention d'abandonner l'écosystème Gecko, bien au contraire, il m'offre une occasion de me remettre à des langages un peu plus exigeants comme C++, après des années de p(hp)aresse, et là pour le coup c'est un troll ;-) )

Notes

[1] depuis sa version 3, Firefox n'est "plus qu'"une application s'exécutant au dessus de XULRunner, mais ça n'a pas du tout été mis en avant dans la communication, et le déploiement massif de XULRunner que cela a entraîné n'a pour l'instant pas été suivi d'effets